D'une bulle à l'autre réalise vos vidéos

Que retenir des Trophées de la vidéo online 2015 ?

Que retenir des Trophées de la vidéo online 2015 ?

Que retenir des Trophées de la vidéo online 2015 ?

« Promouvoir le fait que la vidéo online est le meilleur des supports de communication et de relation clients pour les entreprises » est la raison d’être des Trophées de la vidéo online. Ils partent du constat que la  la vidéo s’est imposé sur internet comme le médium préféré des internautes et des entreprises. Que retenir de cette seconde édition ?

Les Trophées de la vidéo online

Selon Netineo, les objectifs des Trophées de la vidéo online sont les suivants :

  • ​Inciter les entreprises à utiliser la vidéo online pour optimiser leur communication et leur gestion de la relation client (CRM), afin de développer leurs ventes, en leur faisant découvrir les meilleures campagnes, innovations, réalisations, solutions, technologies… réalisées au cours de l’année précédente.
  • Réunir tous les métiers de la vidéo online (agences, annonceurs, associations professionnelles et établissements institutionnels, fournisseurs de technologies et de services, marchands, médias, producteurs, régies).
  • Développer l’activité des entreprises du secteur en leur apportant visibilité et opportunités commerciales.
  • Fournir un moyen efficace et pérenne de se repérer, s’adapter, s’inspirer, se retrouver entre professionnels.
  • Faire à terme de Paris, une fois par an, la capitale mondiale de la vidéo sur internet.

La vidéo est le contenu qui voyage le mieux sur Internet, c’est le média des médias. Quand on combine la vidéo avec Internet, on obtient une capacité de partage simultanée, une réelle ubiquité, un engagement des internautes grâce à la publication sur les réseaux sociaux, de nombreuses possibilités de modèles économiques (publicité, abonnement, achat à l’acte…) et un accès sur l’ensemble des devices. Elément indispensable quand on sait que le mobile représente 50% du trafic sur Internet.

La vidéo online est à même de satisfaire tous types d’objectifs des annonceurs : branding et performance. Avec des budgets beaucoup plus limités qu’en télévision, toutes les entreprises ou presque peuvent se tourner vers la video online, qui leur procure également énormément de capacités de ciblage et de souplesse dans la gestion des campagnes.

Philippe Bornstein, fondateur des Trophées de la vidéo online et de Netineo.

Les tendances 2015 des vidéos de marque

Le groupe Révolution 9, partenaire de l’évènement, a réalisé une veille sur le contenu de marque (brand content) vidéo. Les tendances  repérées sont résumées dans le document ci-dessous. Feuilletez-le, il vous donnera pleins d’idées à explorer !

Si vous n’avez pas le temps (ou envie) de le lire, en voici une interprétation avec mes exemples préférés.

Les formats broadcasts

les marques reprennent les formats « classiques » des maisons de production en les adaptant au numérique. C’est la méthode la plus simple puisqu’elle utilise des méthodes traditionnelles déjà approuvées pour créer des vidéos pouvant facilement être relayées par leurs fans. Ceux-ci sont souvent incités à participer dès la création comme avec la websérie « Comme le disent les gens » de La Banque Postale (inspirée du programme court « Dans la bouche« ).

Le 100% native

L’objectif est d’utiliser des formats non intrusifs pour que les vidéos s’intègrent de manière naturelle. Cela passe souvent par la mise en place de coproduction avec des médias pour engager leurs audiences au sein de leurs grilles éditoriales. Exemple ici entre les groupes Intel, Lenovo et M6 avec la campagne « Fallait le faire« .

Prendre le temps

C’est l’une de mes tendances préférées. En jouant sur le temps, les marques prévoient des campagnes à long terme pour travailler leur image en transformant des consommateurs en audience. Elles peuvent aussi vraiment jouer avec les formats pour proposer des expériences inédites et marquantes. C’est le cas par exemple de Guy Cotten avec « Sortie en mer« , vous n’oublierez plus votre gilet de sauvetage ! Dans le jeu-documentaire « Fort McMoney » (au coeur de l’industrie pétrolière canadienne), vous décidez pendant quatre semaines du futur énergétique de cette ville fictive (cousine de Fort McMurray, troisième réserve mondiale de pétrole).

Les angles de vues immersifs

J’adore toutes les possibilités de narration offertes par les nouvelles technologies. C’est clairement ma catégorie préférée et les deux exemples cités dans « prendre le temps » pourraient aussi être utilisés ici. Avec la démocratisation des caméras embarquées, drones, caméras 360°… les réalisateurs cassent les codes et innovent dans la manière de filmer. Avec l’apparition de nouveaux services numériques, les créateurs innovent dans la manière de raconter des histoires. L’immersion est une tendance importante qui permet de proposer des expériences fortes, proches de la réalité, ou différentes. Partez en exploration 360° avec les parfums Issey Miyake, découvrez ce que deviennent vos emballages recyclés avec #SuivezMoi ou bien regardez « Une histoire à deux visages » de Honda (vous passerez d’une histoire à l’autre en utilisant la touche R du clavier, bande-annonce ci-dessous).

Les évènements live

« Créer l’événement et le gérer avant/pendant/après est non seulement possible mais les devices ouvrent aussi de nouvelle opportunités relationnelles avec les consommateurs : tour à tour acteurs, publics et diffuseurs d’événements en direct. » Diffuser une conférence, un défilé de mode ou un concert en direct sur internet est devenu monnaie courante pour toucher le public le plus large possible. Grâce à internet et au différé, les conférences TEDx devraient bientôt dépasser le milliard de vues. La campagne de la SNCF, « L’Europe, c’est la porte à côté » est d’abord une opération de street marketing pendant laquelle des parisiens pouvaient interagir en direct, à travers une porte, avec Barcelone, Bruxelles, Genève, Milan ou Stuttgart. Elle a ensuite débouché sur un film publicitaire positif pour l’image du groupe.

L’ubiquité

Grâce aux smartphones, il est possible d’interagir toute la journée avec ses potentiels clients. Le réel et le virtuel peuvent s’imbriquer et provoquer des expériences augmentées. L’application Shazam veut par exemple rendre le monde « shamazable » en permettant à ses utilisateurs de se connecter à tout ce qui l’entoure. Cinemacity utilise la géolocalisation pour découvrir Paris à travers le cinéma.

La curation de contenus générés par les utilisateurs

Nous l’avons déjà vu dans certains exemples précédents, les entreprises incitent de plus en plus les consommateurs à être actif et à créer eux-mêmes des contenus « authentiques » qu’ils utiliseront ensuite pour valoriser leur image de marque. Cela passe souvent par des concours vidéo qui coûtent bien moins cher qu’une campagne publicitaire classique tout en ayant beaucoup plus d’impacts. L’implication des utilisateurs peut aussi se faire autrement : créez votre propre épisode de Bref avec l’opération « Bref. Canal a 30 ans« , participez à la fiction d’anticipation Anarchy (projet audiovisuel d’écriture collective, 1 100 personnages, 2 200 auteurs), devenez modèle pour les spots du site AdopteUnMec (des abonnés choisis par des abonnées)…

Le partage de connaissances

Les vidéos pédagogiques marchent très bien sur internet, il suffit de constater la popularité des MOOC. Grâce à des démonstrations, des témoignages, des tutoriels… vous pouvez facilement transmettre des connaissances et des expériences. La Sécurité routière invite par exemple à se mobiliser pour une #routeplussure et la marque Michel et Augustin offre chaque année une formation CAP pâtissier.

Le commerce connecté

Sur internet, les entreprises prennent souvent la parole en dehors des médias traditionnels. Les marquent font directement la promotion de leurs produits, que ce soit sur leur site ou bien sur les réseaux sociaux. Certaines fidélisent mêmes leur audience en produisant des contenus réguliers. Une campagne vidéo s’imagine fréquemment en plusieurs épisodes étalés sur le temps, plutôt qu’avec une vidéo unique. Toutes les contraintes du web (voir « Don’t Skip The Ad« , lauréat 2015) et les possibilités offertes par le numérique (voir par exemple 2emotionAdwaysOnPrintPulpixNowness, et weUP) sont exploitées. De nouveaux usages s’annoncent avec le développement de la réalité augmentée, des objets du quotidien peuvent être liés à des contenus numériques (comme un pyjama avec des contes), et de la vidéo interactive. Sinon un peu de poésie est toujours efficace pour favoriser l’achat !

Les lauréats 2015 des Trophées de la vidéo online

Les Trophées de la vidéo online récompensent (parmi celles inscrites) des solutions qui arrivent à créer une forte valeur ajoutée, en combinant la puissance de la vidéo et d’internet (80 candidatures cette année). Cette valeur ajoutée prend en compte différents facteurs comme la créativité, l’efficacité, l’engagement, l’interaction, l’innovation, le partage social, la performance technologique, la personnalisation du contenu vidéo publié et de son ciblage, la qualité de l’expérience utilisateur en fonction de l’écran, l’originalité…

Avant de vous dévoiler tous les lauréats 2015, voici ce que je retiens de cette édition :

  • grande diversité parmi les candidats ;
  • créativité et innovations stimulent la vidéo en ligne ;
  • nouveaux outils = nouvelles manières de filmer (360°, drones, caméras embarquées, etc.) ;
  • nouveaux services = nouvelles manières de raconter des histoires (immersion, histoires parallèles, géolocalisation, etc.) ;
  • vidéo augmentée en approche avec la future démocratisation (?) de la réalité augmentée ;
  • vidéo interactive proposée par plusieurs entreprises (informations complémentaires, click-to-buy, formulaires, etc.) ;
  • vidéo retargeting pour re-cibler son audience avec des publicités personnalisées (remontrer des produits déjà regardés) ;
  • vidéonaute actif avec toutes ces incitations ;
  • accessibilité des technologies pour tous les niveaux et tous les budgets (exemple avec la « Plateforme 360 » et Pitchy) ;
  • etc.

En gros la vidéo se développe dans tous les domaines et les entreprises ont l’embarras du du choix pour s’y mettre : lancer une messagerie vidéo sur son site n’est qu’une possibilité parmi tant d’autres ! Je vous invite à parcourir les solutions candidates pour avoir un aperçu de tout ce que vous pouvez faire en vidéo. Comparez-les avec celles des Trophées de la vidéo online 2014, suivez les VidCon, tapez vos mots-clefs préférés dans un moteur de recherche… et vous trouverez forcément des idées à exploiter dans votre domaine.

Voici maintenant tous les lauréats des Trophées de la vidéo online 2015.

Création et prix du public

« Don’t skip the ad » pour NRJ mobile par Dailymotion Advertising et Re-Mind :


Votes des professionnels

Deux lauréats ex-aequo avec « Vaincre la mucoviscidose » par Oko :

« Les Sexpériences de Cerise » (6 épisodes) par Prisma Media :

Coup de coeur du jury

Openmix (répartition de charge, ou « load balancing« , orienté performance) par Cedexis

Startup de l’année

Apprenez, découvrez et révisez comme vous voulez avec Pythagora (plateforme de vidéos éducatives) :

Nouveaux usages

Les vidéos augmentées avec weUP :

Brand content

« La nuit de l’homme » d’Yves Saint-Laurent par Optimedia :

Campagne média et publication

Générateur d’épisodes avec « Bref. Canal a 30 ans » par Canal Plus régieMicrosoft Azure et WildMoka :

Production

La Techdays TV 2014 de Microsoft par Brainsonic, engagement d’audience optimal avec la vidéo :

Monétisation

Enrichir automatiquement chaque page de vidéos pertinentes avec Ultimedia de Digiteka :

Et vous : quels sont vos coups de coeur ? Avez-vous de nouveaux outils ou services vidéo à partager ? N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez réaliser une vidéo en Côtes d’Armor (ou ailleurs). Tout ce qui est réalisable avec une caméra entre dans mes compétences. Pour le reste, ce ne sont pas les agences de production qui manquent !

Envie de partager ceci ? Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on RedditShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.