D'une bulle à l'autre réalise vos vidéos

YouTube de A à Z : la référence de la vidéo en ligne a 10 ans

YouTube de A à Z : la référence de la vidéo en ligne a 10 ans

YouTube de A à Z : la référence de la vidéo en ligne a 10 ans

Vidéo en ligne = YouTube. C’est la plateforme référence de la vidéo sur internet. Elle est utilisée par plus d’un milliard de personnes qui regardent chaque mois plus de six milliards d’heures de vidéo. Créé en 2005 et racheté par Google en 2006, YouTube est aujourd’hui disponible dans 75 pays et 61 langues, d’ailleurs 80% de son trafic est généré hors Etats-Unis. Toutes les statistiques officielles sont visibles ici mais intéressons-nous  maintenant à ce que l’on peut voir sur YouTube. Que contiennent les 300 heures de vidéo mises en ligne chaque minute ?

En mai 2005, YouTube démarrait sa phase de test avant son ouverture au grand public en novembre 2005. L’objectif était de mettre à disposition un service que tout le monde pourrait facilement utiliser pour diffuser et partager ses vidéos. En mai 2015, YouTube célèbre ses 10 ans avec un abécédaire compilant les grandes tendances observées sur sa plateforme, illustré par certaines vidéos populaires. La dernière note remercie tous les youtubeurs pour leur créativité et résume cet abécédaire dans la vidéo ci-dessous.

Pour en savoir plus, il faut lire le descriptif de chaque lettre et vous avez de la chance : j’ai condensé l’essentiel (avec parfois mon avis et des informations complémentaires) dans ce long billet. C’est l’histoire encore récente de la vidéo en ligne qui est ici abordé. Une histoire personnalisé par YouTube, son acteur principal, mais il n’est le seul et Facebook (entre autres acteurs du numérique) aimerait bien prendre sa place dans les années à venir. Quelles vidéos sont populaires sur internet ? Vous en (re)découvrirez la majorité et cela devrait vous donner les grandes tendances de la vidéo en ligne : j’espère que vous aimez les chats et la musique !

YouTube de A à Z

Cliquez sur une lettre pour l’atteindre directement : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, W, Y, Z.

A pour animaux

Avez-vous déjà entendu parler de Grumpy Cat ? Les animaux sont de véritables stars sur internet, à tel point que certains propriétaires ou vidéastes vivent de leurs vidéos marrantes, touchantes et universellement appréciées. Il suffit d’avoir un animal de compagnie pour s’y mettre et le chat est la coqueluche du web. Aujourd’hui il y a environ 10 millions de vidéos consacrées aux chats sur YoutubeCela donne une moyenne de deux vidéos envoyées chaque minute. Depuis 2010, les internautes préfèrent les chiens alors ayez les deux si le créneau vous intéresse. Enfin l’animal le plus populaire est virtuel puisqu’il s’agirait de Simon’s Cat.

B pour beauté

Quoi que vous cherchiez, une réponse existe déjà sans doute en vidéo. Parmi les nombreuses vidéos pédagogiques, les tutoriels beauté sont très populaires. Mode d’emploi pour se maquiller, conseils pour se coiffer, avis sur des produits, coups de coeur… les youtubeuses traitent tous les sujets et peuvent devenir des personnalités influentes de la mode, comme Zoella au Royaume-Uni, ou EnjoyPhoenix en France. Plus de 5 milliards d’heures de tutoriels sont consacrées à la beauté !

C pour « covers » (reprises)

Cela aurait aussi pu être « C pour clips » tellement la musique est indissociable de YouTube. Musique était d’ailleurs le mot clef le plus utilisé en 2014 et la vidéo la plus regardée sur internet est un clip (voir lettre G). C’est aussi le cas de la publicité (déguisée) la plus partagée avec La La La de Shakira. Reprendre des chansons connues (avec talent) puis les partager est ainsi devenu un excellent moyen pour se faire connaître. Personnellement j’adore la créativité de Pentatonix et Walk off the Earth (spécialistes des clips géniaux avec un seul plan et beaucoup de préparation).

D pour danse

L’équation « musique = danse » se vérifie chaque jour sur YouTube. Le classique Evolution of Dance est toujours regardé 1 000 heures chaque jour tandis que Harlem Shake et Happy sont vite devenus des phénomènes de société. Si vous cherchez des idées de chorégraphies, vous aurez le choix parmi 24 millions de vidéos liés à la danse. Lip dubs, flash mobs, ouverture de bal, spectacles… tout y passe et il sera difficile d’être plus créatif ! J’aime beaucoup le tour du monde dansé de Matt Harding et suis curieux de découvrir la prochaine tendance.

E pour épique

Le saut en chute libre depuis la stratosphère par Félix Baumgartner a été suivi par 50 millions d’écrans. C’est le record mondial (?) pour un direct sur internet. Les exploits font rêver , raison pour laquelle Red Bull et Go Pro focalisent leur communication sur les sports extrêmes. YouTube regorge de vidéos étonnantes ou spectaculaires et tout ce qui sort de l’ordinaire est vite partagé. D’ailleurs la chute d’une météorite en Russie serait l’évènement qui a le plus vite atteint les 100 millions de vues (cumul des 400 vidéos mise en ligne en 2013).

F pour « fails » (échecs = échouer en beauté)

Tout le monde fait des erreurs et ce ne sont pas les preuves qui manquent ! La seconde vidéo postée sur YouTube était une chute en snowboard et de nombreuses autres mésaventures ont été partagées depuis. L’échec est ainsi devenu tendance : certains moments « ratés » sont partagées avec la planète entière pour en rigoler (voir lettre K) plutôt qu’effacés à tout jamais. Fanny Agostini se rappellera longtemps des grandes marées bretonnes. En 2015, ce sont les lituaniens qui se sont le plus friands de « fails ». Oseriez-vous partager vos propres vidéos ?

G pour Gangnam Style

Le clip de Gangnam Style est LA vidéo référence du web. Vous ne connaissez pas son réalisateur et c’est pourtant la vidéo la plus regardée sur YouTube, voire d’internet (?) :

  • 14,9 millions de visionnage par jour à son apogée ;
  • première vidéo à dépasser le milliard de vues sur YouTube ;
  • la seule pour l’instant à avoir été visionnée plus de deux milliards de fois ;
  • sans compter les multiples reprises et parodies qui ont contribué à son succès planétaire ;
  • 2 147 483 647 est le chiffre sur lequel le compteur se serait bloqué, une blague de YouTube très médiatisée.

Avec son humour et sa chorégraphie insolite, la chanson de Psy a pris la tête du classement sud-coréen dès sa sortie. Son clip et internet ont ensuite favorisé la diffusion mondiale de la « danse du cheval ». Impossible d’y échapper et toute la pop coréenne profite de cette popularité. Un conseil si vous visez le milliard de vues : limitez-vous au domaine musical (la musique est universelle) et mélangez vos ingrédients secrets (le talent est optionnel). Peut-être serez-vous la troisième personne avec Psy et Justien Bieber à y arriver mais dépêchez-vous car d’autres clips s’en approchent.

H pour « how-to » (tutoriels = comment… ?)

Comment embrasser ? Comment nouer une cravate ? Comment dessiner ? Voici les trois questions principales des internautes sur YouTube depuis 2012 (voir lettre Q). Quelles que soient vos préoccupations, vous avez accès à 135 millions de tutoriels. Les thématiques universelles sont les plus populaires (beauté, bricolage, cuisine, mode, sciences…) mais il y en a pour tous les goûts !

I pour « it gets better » (ça s’améliore)

Depuis 2010, le projet It Gets Better veut donner de l’espoir aux LBGT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) du monde entier. Il les incite à partager leurs histoires et faire leur coming out pour montrer que la situation s’améliore et qu’il ne faut pas se laisser intimider. Ce mouvement de soutien et d’éducation représente déjà plus de 70 000 vidéos valorisant la tolérance et l’amour universel.

J pour Jimmy & Jimmy (talk-shows)

Les talk-shows américains télévisés de fin de soirée sont très populaires et leurs extraits peuvent vite devenir viraux sur internet. Chaque jour, 810 000 heures de sketches, parodies, interviews, performances… sont visionnées. Parmi les présentateurs-comédiens vedettes, Jimmy Fallon (7,4 millions d’abonnés) et Jimmy Kimmel (5,9 million d’abonnés) expliquent ce titre mais c’est Ellen Degeneres (11,9 millions d’abonnés) qui est la reine de YouTube.

K pour « kidding around » (plaisanter)

La vidéo non musicale la plus regardée est “Charlie bit my finger… again” avec 822 millions de visionnage pour Charlie mordant le doigt de son frère Harry. C’est la 11ème vidéo la plus vue de YouTube et l’une des vidéos virales les plus connues. La télévision était friande de vos vidéos cocasses et vous deviez envoyer vos cassettes pour apparaître dans les vidéos gags. Avec internet, vous partagez directement vos plaisanteries au monde entier puis les télévisions vont se fournir sur les plateformes vidéos pour réaliser leurs bêtisiers. L’humour est une valeur sûre du web et les vidéos qui font sourire aussi.

L pour « let’s play » (jouons = jeux vidéo)

Felix Arvid Ulf Kjellberg (alias PewDiePie) est le YouTubeur le plus suivi : 36,9 millions d’abonnés le regardent s’amuser aux jeux vidéo ! Sa chaine obtient 76 millions de vues chaque semaine et ne va pas tarder à dépasser les 9 milliards de vues. Enregistrer ses parties de jeux vidéo et les diffuser sur internet (en live ou en différé) est une tendance importante du web. D’ailleurs Amazon et Google se sont disputés en 2014 (pour un milliard de dollars) le rachat de Twitch, plateforme spécialisé dans le streaming de jeux vidéo en direct. Steam et Dailymotion Games ont déjà investi le créneau et YouTube lancerait bientôt son propre service dédié à l’e-sport. En France, le top 3 des chaines les plus suivies est composé des humoristes Cyprien, Norman et Rémi Gaillard. Le PewDiePie français pourrait être Squeezie et il est quatrième juste devant la page CyprienGaming qu’il cogère. Jouer peut rapporter gros !

M pour mèmes

Un mème sur internet est un élément repris et décliné en masse. Il y a ainsi plus de 1,5 millions de Harlem Shake sur YouTube, 900 000 vidéos utilisant le terme autotune et 150 « Draw My Life » (dessine ma vie) ayant dépassé le million de vues. Nyan Cat sert souvent d’exemple pour les mèmes, réutilisé de multiples manières. Pourquoi certaines choses ont un tel succès ? C’est souvent inexplicables… ce clip de Rick Astley est par exemple à l’origine du Rickroll dont les différentes versions ont déjà été vues plus de 250 millions de fois. L’intérêt du Ice Bucket Challenge aura fait polémique (se jeter un seau d’eau glacée sur la tête) mais, avec plus d’un milliards de vues, il aura valorisé la maladie de Charcot. Il y a bien pire comme défis : neknomination, « à l’eau ou au resto« , #HoldACokeWithYourBoobsChallenge

N pour « news » (= actualité)

Avec la démocratisation des outils technologiques, nous pouvons tous (potentiellement) relayer ce que nous voyons. Les journalistes n’ont plus le monopole de l’actualité chaude et les médias se servent quotidiennement de sources « amateurs » pour illustrer leurs reportages. Les recherches YouTube varient ainsi selon l’actualité, comme en février 2013 où le terme météore a été tapé plus de 4 600% que le mois précédent, suite à la chute d’une météorite près de Tcheliabinsk en Russie. Très souvent, les premiers témoins d’un évènement ne sont pas journalistes et il suffit d’un smartphone pour en garder une trace.

O pour « Old Spice » (publicité)

Le O de YouTube serait plutôt un P chez nous… pour publicité. Old Spice fait référence à une campagne (ensemble de vidéos) populaire aux Etats-Unis pour une marque de produits de beauté. Internet est un réel terrain de jeu pour tous les spécialistes de la communication, dans tous les domaines. Nous sommes les premiers pénalisés lorsque nos sites préférés sont envahis par les publicités (et c’est malheureusement de plus en plus fréquent) mais nous n’hésitons pas à partager les plus originales, marrantes, inspirantes… En vidéo, la tendance est plutôt de travailler l’image de marque au lieu de vendre un produit (comme Dove avec #PenséeQuiRendBelle et Real Beauty Sketches, Always avec #CommeUneFille, Volvo Trucks avec ses Live Tests). Les publicitaires innovent sans cesse et essayent en ce moment de vous faire oublier que vous regardez des publicités : d’ailleurs le top des publicités vidéos les plus partagées est très instructif. Les entreprises n’ont plus forcément besoin des médias traditionnels pour faire parler d’eux et ils en profitent. En 2014, on atteint 16 millions d’heures de visionnage sur YouTube si l’on cumule les dix publicités les plus vues, soit l’équivalent d’un milliard de spot de 60 secondes. Dans le top 10 YouTube 2014, quatre vidéos sont créées par des marques.

P pour « people » (les gens)

Derrière chaque vidéo, il y a des histoires et des personnes. Au début, YouTube ce n’était que des vidéos personnelles et c’est avec le temps que la plateforme s’est peu à peu professionnalisé. Certains internautes ne partageront qu’une vidéo (l’entrée dansée du mariage de Jill Peterson and Kevin Heinz) et d’autres vous dévoileront toute leur vie. De la naissance à la mort, tous les sujets sont abordées et vous passerez par tous les états en découvrant ces moments intimes. Vous n’oseriez pas en partager la majorité mais c’est aussi cela YouTube (d’où le développement de la vidéo sur Facebook et Twitter).

Q pour questions (voir aussi le H)

Avez-vous une question ? Si oui, posez-là à YouTube ! Le deuxième moteur de recherche sélectionnera pour vous les meilleures réponses parmi ses 24 millions de vidéos questions/réponses. Toutes les sujets sont couverts et vous en trouverez pleins d’exemples sur ces deux chaines spécialisées dans les questions/réponses : AsapScience et Vsauce. Et vous, de quelle couleur voyez-vous cette robe ?

R pour réactions

L’une des premières vidéos virales de YouTube est la réaction d’un enfant face à son écran d’ordinateur : Scary Maze Prank. Depuis, les vidéos de réaction sont devenus un classique du site avec notamment les séries des FineBros (des enfants réagissent entre autres à des objets d’un passé pas si lointain). 12,4 millions de personnes sont abonnés à leur chaine cumulant plus de 800 vidéos et 3 milliards de vues. Pour YouTube, les meilleures réactions sont les vôtres et ce n’est pas ce qui manque car dans notre société nombriliste quasiment tout est filmé ! De la traditionnelle réaction devant un(e) jeux/film/série, à la joie d’un proche en passant par le premier baiser entre deux inconnu(e)s, vous trouverez pleins de choses en tapant réaction dans la barre de recherche. Voici un dernier exemple (presque) hors sujet mais j’ai toujours aimé les livres et les réactions en chaîne !

S pour « singers » (chanteurs)

Plus de la moitié des 250 chaînes ayant dépassé le milliard de vues valorisent des chanteurs et compositeurs. L’une des plus récentes est celle de l’Eurovision. Qu’il soit amateur ou professionnel, a capella ou accompagné, autotuné, en playback… le chant est très apprécié par les internautes et vous connaissez sans doute déjà les vidéos ci-dessous.

T pour timelapse

Le timelapse (ou accéléré) est un effet qui permet de montrer l’évolution d’une situation dans le temps : le cadre est généralement fixe et les photos/vidéos se succèdent rapidement pour donner une sensation de vitesse. En vidéo, il suffit de diminuer la cadence de la prise de vues (x images par seconde) pour que le mouvement se déroule plus vite à la projection (c’est l’inversse pour un ralenti). Francis Doublier aurait découvert cet effet par hasard (en 1897) et le premier film tourné volontairement ainsi serait Demolishing and Building Up Star Theatre de F. S. Armitage (en 1901). Les scientifiques sont les premiers à vraiment s’y intéresser pour montrer des choses que nous ne pouvions pas percevoir autrement : vie des micro-organismescroissance et décomposition des végétaux, mouvements des étoiles…  Il y a plus de 1,7 millions de timelapses sur YouTube déjà visionnés près de 4 milliards de fois. Le plus souvent ils utilisent le principe photographique (juxtaposition de photos) pour montrer la transformation d’un visage, l’évolution d’un chantier, d’un paysage… Lorsque la caméra se déplace pendant un timelapse, on utilise souvent le terme hyperlapse, et ceux de Rob Whitworth sont impressionnants.

U pour « uplifting » (montée en puissance = édifiant, exaltant, inspirant, réjouissant…)

L’impact émotionnel d’une vidéo est difficile à mesurer mais facile à détecter. Certaines vidéos peuvent vous laisser indifférents et d’autres vous bouleverser car elles vous feront rire, pleurer, réfléchir… Une vidéo transmet naturellement des émotions et 2 millions de vidéos se veulent inspirantes sur YouTube. Il y en a selon moi beaucoup plus mais elles ne l’affichent simplement pas dans leurs mots-clefs ! En voici quelques-unes ci-dessous.

V pour vlogueurs

Le vlog est l’équivalent d’un blog vidéo. Les vlogueurs sont donc des blogueurs qui se sont spécialisés dans la vidéo mais ce mot n’est pas très utilisé en français (nous préférons associer les plateformes utilisées comme avec youtubeurs et vineurs). Ainsi pour YouTube, les youtubeurs font partie intégrante de l’identité du site en lui donnant une culture et une personnalité qui influent sur son développement. Parmi eux les Vlogbrothers ont évolué avec le site puisque de simple contributeurs ils sont devenus les « grands frères » de la plateforme avec plus de 7 000 vidéos consacrées en grande partie à l’éducation en ligne sur les chaînes Crash CourseSciShowThe Art AssignmentSexplanations, et Brainscoop. Le vlogging évolue sans cesse et le créatif Casey Neistat voit ses vidéos quotidiennes comme des courts métrages qui s’affranchissent des techniques cinématographiques traditionnelles, voici ses motivations. En France c’est l’humour qui attire le plus avec Cyprien comme tête d’affiche (voir aussi le H ).

W pour « weird » et « wonderful » (bizarre et merveilleux)

L’étrange et le merveilleux se côtoient sur YouTube. Comment expliquer que des bugs constatés sur des jeux vidéos (convulsions des personnages) aient provoqué le mème « cartridge tilting ? En 2006, il ne représentait que 500 vidéos vues 5 millions de fois toutes cumulées. En 2007, les internautes créent une variante où ce sont eux qui sautent et se trémoussent. Le « Geddan« , « Get Down » ou « ゲ ッ ダ ン » est à l’origine de 3 000 vidéos entre 2008 et 2013, vues en globalité 27 millions de fois (moyenne de 9 000 vues par vidéo). Sur le même principe, Gabriel Valenciano développe le concept de « Super Selfie » fin 2013, ses 35 vidéos dansées sont visionnées en moyenne 300 000 fois pour un total de 11 millions de vues. Enfin en 2014, il participe à la création du clip 7/11 pour Beyoncé regardé 220 millions de fois. Ainsi un simple bug technique est devenu source d’inspiration pour des millions de personne ! YouTube c’est plus d’un milliard d’utilisateurs et nous pouvons tous être à l’origine de la prochaine bizarrerie à la mode. Voudriez-vous apprendre la démarche du cheval (Prancersize®) avec Joanna Rohrback ?

X pour « Xperiments » (expériences)

Mélanger du menthos aux sodas est une expérience dont les effets sont démontrés dans près de 40 000 vidéos (plus ou moins sérieuses). Rien qu’en avril 2015, 515 000 heures de visionnage ont été consacré à cette thématique ! Actuellement le tag « experiment » représenterait 2,9 millions de vidéos. Trois chaînes se distinguent : The Slow Mo Guys (j’adore le principe), Crazy Russian Hacker et Grant Thompson qui cumulées dépassent 3,5 millions d’heures de visionnage en 2014. Les sciences sont populaires et le sont encore plus lorsqu’elles sont abordées au second degré.

Y pour « you » (vous)

Chaque minute, les youtubeurs du monde entier envoient 300 heures de vidéo sur la plateforme. En 2014, les internautes ont cliqué 1 000 milliards de fois sur le bouton play. YouTube remercie ainsi tous ses utilisateurs sans qui le site n’existerait pas/plus. Malgré la professionnalisation globale de ses vidéos (grâce notamment à la mise en place de partenariats avec les médias plus traditionnels), tous les utilisateurs sont chouchoutés. YouTube essaye de se remettre régulièrement en question et de mettre à jour ses fonctionnalités afin de contrer la concurrence, de plus en plus nombreuse, sur le marché de la vidéo en ligne. Ainsi YouTube devrait bien rester le site référence de la vidéo sur internet quelques années de plus.

Z pour zoo

Il était une fois… YouTube. Chaque aventure à son histoire et, si celle de YouTube démarre le 14 février 2005, la première vidéo test a été mise en ligne le 23 avril 2005. Jawed Karim, l’un des cofondateurs du site, commente sa visite au zoo de San Diego dans « Me at the Zoo« . Cette vidéo n’est pas intérèssante mais c’est elle qui a initié le mouvement, faisant de YouTube un élément central de nos vies numériques. Aujourd’hui il faudrait 50 années pour visionner tout ce qui est envoyé sur la plateforme en une seule journée !

Vous êtes arrivés jusqu’ici : bravo ! YouTube n’a presque plus de secrets pour vous et vous devriez facilement réussir ce quizz. N’hésitez pas à partager vos derniers coups de coeur dans les commentaires. Comme je n’ai pas encore évoqué l’importance des bandes-annonces dans ce pavé, voici celle de Vice-Versa qui me donne envie d’en savoir plus, dès sa sortie, sur les petites voix cachées dans nos têtes.

Envie de partager ceci ? Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on RedditShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.